ET PAN SUR LE BEC!

Share Button

« Le scrabble est l’assassin de la poésie: il porte au pinacle celui capable d’associer des lettres que tout sépare en un assemblage fumeux connu de lui seul et d’un pauvre tâcheron nommé Robert tandis qu’il ridiculise le lettré auteur de mots élégants qui ne rapportent rien si ce n’est la gloire éphémère d’avoir aligné des lettres en une bavarde mais stérile combinaison. »

C’est la vision d’un internaute dans un forum de discussion sur Facebook.

Voici la réponse d’un scrabbleur qui nous a plu.Nous la publions avec l’aimable autorisation de son auteur.

Vous n’y êtes point du tout cher monsieur. D’abord le savoir s’acquiert indépendamment que l’on joue au scrabble ou pas .Les meilleurs joueurs de scrabble excellent dans leurs propres domaines de prédilection ;en fait ils extrapolent une partie de leur talent créatif au niveau de ce jeu pour offrir du loisir à leurs neurones. Evidemment, il y a plusieurs styles de jeu mais tout dépend du niveau.On verra par exemple un simple maçon battre l’ingénieur qui lui montre comment construire, non parce qu’il est plus cultivé ou savant mais parce qu’il est cohérent en ce sens qu’il a connu le jeu et en a obéi aux règles. Et ça, mon bon monsieur, c’est juste ce dont on a besoin dans la vie; c’est ça la vraie culture générale. C’est voir un mécanisme, définir ses ambitions par rapport à lui, trouver son langage, le parler et obtenir gain de cause. Il y a tellement d’exemples dans la vie qui prouvent ce que j’avance, par illustration: Prenons un Zucherberg :il découvre internet, en comprend le fonctionnement et en tire sa finalité même si dans son cas ça a été très lucratif.Il ne se souciait pas d’algorithmes ou de programmes ;il s’est juste focalisé sur l’interconnectivité universelle. Ou Maradonna, Messie Michael Jordan ou Mouhamed Ali (rip) : ni la structure des poteaux , ni la matière des filets,ni la circonférence du panneau, ni la position du ring ne les ont intéressés. Juste les règles du jeu et leurs objectifs respectifs. En ce sens le scrabble devient dès lors une activité plus créative que la poésie qui est amorphe et inutile comme la peinture d’un Picasso qui nous force à imaginer avec notre esprit les errances admises intellectuelles de leurs auteurs. Il n’y a rien de scientifique ni de productif là dedans, encore moins d’émulateur ou d’instructif.
Au scrabble, non seulement tu peux mesurer tes facultés mémorielles, combinatoires, ta capacité de concentration, la gestion de ton temps, de ton stress, même ta courtoisie en cas de défaite, ton comportement sous la honte, faire de tes regrets des leçons pour l’avenir, comprendre que quelque soit ce dans quoi on s’embarque, si on ne se donne pas les moyens intrinséquement et les atouts matériels on échoue.Et c’est dommage que vous soyez si piètre joueur car si vous goutiez au privilège de triompher à armes égales contre le cerveau d’une autre personne, vous ne vous arrêteriez plus. Et tout ça est exactement le contraire de la poésie qui est lascive, vagabonde, unipersonnelle, illusoire et très subjective. Elle consiste à forcer l’autre cerveau à comprendre et admettre une beauté sonore et des sens discutables aux hallucinations volontaires ou pas de quelqu’un qui se croit capable et obligé d’écrire. Je pourrais vous écrire sur le scrabble tant de points positifs et d’utilités mais il m’a appris que tout le temps que je perds en jacasseries pourrait être utilisé a découvrir l’existence , du lamb très viril des sénégalais, de leurs belles laobées qui dansent un mbalax chelou et savent bien préparer le tieboudienne au thiof.Pour finir, ne t’extasie plus devant ta belle mère, passe à l’action et donne toi les moyens de la battre.Les néandertaliens étaient sans conteste beaucoup moins intelligents que toi, et pourtant quand ils ont eu froid ils se sont donnés les moyens d’une solution .C’est ça le savoir.

SY MOUHA

 

 

Share Button